Financez vos projets - Sacem
Interview Clarika et Daphné
Autoproductions Sacem
Magsacem

Dix ans d'Action Culturelle à la Sacem

Envoi par e-mail
fleche  Envoyer cette page à vos amis  fleche
Votre nom * fleche
E-mails de vos amis * fleche  Séparez les adresses e-mail par une virgule.
L'objet de l'e-mail fleche
Le message fleche
Saisir les lettres inscrites *
dans le champs ci-contre
fleche  captcha
Ce champ est obligatoire.   send
Ces 10 dernières années, la Sacem a ainsi aidé plus de 15 000 projets artistiques, auxquels elle a consacré plus de 100 millions d’euros.
À travers ces programmes de soutien mis en œuvre en partenariat avec d’autres organisations professionnelles comme le CNV ou l’Adami, la Sacem est ainsi parvenue à impliquer la filière dans son ensemble, sécurisant du même coup un certain nombre de financements publics en donnant confiance à l’État et aux collectivités territoriales, du ministère de la Culture jusqu’aux Smac de province.
En dépit des perspectives de diminution des ressources récoltées au titre de la copie privée dans les années à venir, la création entre dans un nouveau cycle, armée d’un système de coopération entre les différents acteurs qui n’existait pas il y a encore 20 ans. Un grand pas.
Laurent Petitgirard
L’action culturelle de la Sacem a été initiée bien avant la création de la copie privée et l’obligation aux sociétés civiles d’investir un quart des sommes qu’elles reçoivent, au titre de la copie privée, dans un soutien à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation des créateurs et des interprètes.
Les dix dernières années ayant été marquées par une progression importante des supports et dispositifs numériques, il nous a semblé important de dresser le bilan, sur cette période, de l’action culturelle de la Sacem.

Pour mener à bien une action culturelle qu’elle gère en toute indépendance et autonomie, la Sacem a déterminé quelques priorités fortes et affirme sa détermination à ce que son action culturelle puisse contrebalancer la commercialisation à outrance de la diffusion et son grave manque de diversité.
Autant en aval, une fois la diffusion des oeuvres réalisée, la répartition des droits correspondants par la Sacem ne peut être que le reflet impartial de ce qui a été diffusé, autant en amont sa politique culturelle consistera avant tout à favoriser l’émergence des jeunes auteurs et interprètes qui vont constituer, pour une part d’entre eux au moins, le paysage musical de demain. S’y joindront des aides à l’écriture, aux résidences, aux autoproductions qui confortent chaque année des centaines de projets nouveaux.
Le soutien au spectacle vivant, aux salles, aux festivals, aux ensembles et orchestres constitue également l’un des piliers de notre politique culturelle.

Reste enfin la prise en compte de la dimension internationale de la diffusion musicale, celle de la circulation des oeuvres et des artistes, car si la scène française est aujourd’hui très créative, elle est aussi très ouverte aux artistes et aux créateurs du monde entier. Il faut, dans un souci de réciprocité, être en mesure de projeter nos créateurs et leurs oeuvres dans le vaste monde.

La Sacem entend mener avec détermination et efficacité les missions que le législateur lui a commandées, mais selon des objectifs et des méthodes qu’elle a, elle-même, choisis et déterminés, en toute liberté car nous estimons que les créateurs et leurs éditeurs restent les mieux placés pour connaître les nécessités et les attentes de ceux de nos consœurs et confrères qui sont, sur le terrain, confrontés chaque jour à des difficultés économiques grandissantes.

Les informations ici rassemblées en apportent un concret témoignage.


--- 

Les projets aidés
Nos réponses à vos questions
Mon projet musique
Magsacem

Consultez le dernier Magsacem

Retour en haut de page